Robin Foster : Musicien sous-influences…

Robin foster est un compositeur qualifié par certains de génie. Ses influences sont plus que variées. Pour les comprendre, petit retour dans le temp, a l’age de ses 5ans, ou il commence avec sa grand-mère le piano. Fatigué d’apprendre cet instrument, il se met a la guitare electrique sur laquel il joue comme sur un piano. Que joue-t-il ? Principallement des thèmes de filmes, et que composit-il ? Des thèmes pour des films imaginaire !

Voilà, tout est la, robin Foster est avant tout un amoureux de cinéma, pour lui, musique et image sont indisociable, chacune des deux parties pemerttant a l’autre de mieux s’exprimer. Un fois que l’on sait cela, on comprend mieux ses influences très variées qui vont de Morrissey (ex-chhanteurs des Smith dans les années 80) a Ennio Moriconne qui n’est plus a présenté, en passant par David Lynch, cinéaste, photographe, musicien, peintre, qui lui aussi communiais les Arts, Talk-Talk, Sophia Coppola, réalisatrice, qui a toujours apporté tbeaucoup d’importance a la musique dans ses films, le plus bel exemple étant Virgin Suicide, dont la Bo a été composé par Air et écoutable sur l’album éponyme, Queen of the stone age, Michael Mann, ou encore New Order. On a donc, de la brit-pop, du rock, de la « new-wave » et beaucoup, beaucoup de cinéastes.Au final, Robin Foster pourait être qualifié de ciné-musico-phage.

Il arrive en Bretagne (France) il y a une 10éne d’années de cela et rejoint de suite le groupe Beth, enchaine les concert principalement, et un album nait en 2000. Ensuite ils enchainent les première partie avec Yann Tiersen, Dolly, Venus ou encore Dionysos. Le groupe change de nom pour MoneyPeny en 2003 et fait les premières partie de Placebo et The Kills et Sharko.

S’en suit sa carrière « Solo ». Sur scéne, Robin Foster est acompagné de deux guitaristes, un bassiste et un batteur, groupe « live » nommé « Never Meet Your Heroes ». en 2008, sort « Life Is Elswhere » album étonnament mature pour un premier album solo, tout simplement religieux et profond, ou il nous emporte dans un monde immaginaire qui reflète bien l’etternel bohème qu’il est et ses influences plus que variées


A écouter sur “Life Is Elsewhere”
– Disco Ouessant
– Blue Light At Dusk
– Save The Cheerleader

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s